Vous vous demandez si vous avez le droit aux allocations chômage ? Quel sera le montant de votre indemnisation ? Quand est-ce que cette indemnisation sera prise en charge ? On répond à toutes vos questions !

Ce que vous devez savoir sur l’allocation chômage !

Qui sont les bénéficiaires de l’allocation chômage ?

Les bénéficiaires de l’allocation chômage sont les salariés dont le contrat de travail a été rompu par :

  • Une rupture conventionnelle
  • Un licenciement pour motif personnel (et ce même dans le cas d’un licenciement pour faute grave ou pour faute lourde)
  • Un licenciement pour motif économique
  • Une démission dans certains cas.

L’éligibilité à l’allocation chômage est également soumise à certains critères : Il faut avoir travaillé au moins 6 mois au cours des 24 derniers mois (36 si vous avez plus de 53 ans) précédant la fin de votre travail. Il faut également résider en France, être apte à travailler, chercher activement un travail et s’être inscrit à Pôle Emploi dans les 12 derniers mois suivant la fin de votre travail.

Les cas de démissions où un droit à l’allocation chômage est possible sont notamment : La démission guidée par un impératif familial, la démission pour poursuivre un projet de reconversion professionnelle, la démission d’un emploi avant que se soient écoulés 65 jours travaillés (dans le cas où vous avez été embauché dans cet emploi directement après un licenciement, une rupture conventionnelle ou la fin d’un contrat à durée déterminée). Vous pouvez également bénéficier des allocations chômage si vous avez signé un contrat de service civique ou si vous avez créé une entreprise qui n’a pas marché.

Avez-vous le droit aux allocations chômage ? Voici les conditions pour y être éligible

Quel est le montant de l’allocation ?

Ce montant diffère selon que l’allocation chômage soit une allocation d’aide de retour à l’emploi (ARE) ou une allocation de sécurisation professionnelle (ASP).

Montant de l’indemnisation ARE :

Vous percevrez l’ARE si la rupture de votre contrat de travail est intervenue par une rupture conventionnelle, un licenciement personnel, un licenciement pour motif économique sans contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ou une démission donnant droit à l’allocation chômage.

Le montant de l’ARE s’élève à 57% de votre salaire journalier de référence ou 40,4% de votre salaire journalier de référence + 12,05 € si cela vous est plus favorable.

Montant de l’indemnisation ASP :

Vous percevrez l’ASP si la rupture de votre contrat de travail est intervenue par un licenciement pour motif économique avec l’acception du CSP (lien article « Les dispositifs de retour à l’emploi après un licenciement éco »).

Le montant de l’ASP s’élève à 75% de votre salaire journalier de référence ou 40,4% de votre salaire journalier de référence + 12,05 € si cela vous est plus favorable.

Dans le cas de l’ARE et de l’ASP, votre allocation chômage ne pourra ni être inférieure à 29,38€ par jour, ni supérieure à 253,96 € par jour.

Be smart !

Pour calculer vos indemnités, c’est par ici !

Quelle est la durée de votre indemnisation ?

La durée d’indemnisation dépend de la durée de votre dernier emploi, de votre âge et du type d’allocation chômage perçue (ARE ou ASP).

Si votre contrat de travail a eu une durée supérieure à 6 mois et que vous percevez l’ARE la durée d’indemnisation sera au minimum de 182 jours calendaires.

Si vous avez moins de 53 ans et que vous percevez l’ARE votre durée d’indemnisation sera au maximum de 730 jours.

Si vous avez entre 53 et 55 ans et que vous percevez l’ARE votre durée d’indemnisation sera au maximum de 913 jours.

Si vous avez plus de 55 ans et que vous percevez l’ARE votre durée d’indemnisation sera au maximum de 1095 jours.

Si vous percevez l’ASP, votre durée d’indemnisation sera de 12 mois. Puis, à l’issue de ce délai vous percevrez l’ARE au titre de votre solde des droits au chômage.

Quelle est la date de prise en charge de votre indemnisation ?

Si vous percevez l’ASP, il n’y a aucun délai de carence ce qui signifie que votre prise en charge par Pôle emploi débute dès le lendemain de la rupture de votre contrat de travail. A noter que dans le cadre du CSP, le salarié est dispensé de préavis.

Si vous percevez l’ARE, il y a un délai de carence minimum de 7 jours calendaires. A ce délai, il faut ajouter un délai de carence calculé en fonction de votre solde de congés payés et du mode de rupture de votre contrat de travail.

Be smart !

Vous avez des questions supplémentaires ? Vous voulez faire estimer vos allocations chômages ? Rendez-vous sur mesindemnités.com